13301232 1728845087393692 2691877383238968127 o

C’est le 1er mai, que « Nuit Debout » a vu le jour, initié par Joël Dachelet, habitant du petit village de Noiseux dans la commune de Somme-Leuze.

C'est dans ma propre expérience que je puise ma motivation militante. Très actif au sein du Mouvement de Gauche, je me lançais dans cette aventure, suite à un appel de « Nuit Debout » au niveau national, afin de sortir des grandes villes et occuper les places publiques rurales.

 

Bien que je me posais pas mal de questions, je pris le risque de relever le défi, pour contribuer à la construction d'une plateforme citoyenne et  l'étendre aux zones rurales.

"La politique n'est pas une affaire de professionnels" c'est ainsi que je décrit mon action. Il faut redonner au citoyen la parole qu’il a perdue, et que nos politiques ne veulent plus entendre.

Le monde rural ne peut être,  rester, devenir muet... le monde rural participe au monde. Nous avons des choses à dire, à partager ! Partager pour que d'autres sachent et choisissent d'en être s’ils le veulent !

L'objectif des « Nuits Debout » était d’occuper les places publiques et de rendre la parole aux citoyens, de mettre en réseau ces mêmes citoyens qui ne savent pas comment se faire entendre, qui sont perdus, qui ne s'y retrouvent plus dans cette société capitaliste à tendance ultra droite (pour ne pas dire extrême), mais qui veulent exprimer leur désarroi, être entendus par d'autres qui ont les mêmes sentiments, les mêmes craintes. Des citoyens qui ont le pouvoir mais qui ne savent pas comment l'utiliser.

Suite à cet appel lancé sur Facebook, Sabine Helseviers et Marc Blasband se sont joints à moi. Une équipe très motivée avec plein de projets dans la tête.

C’est ainsi que « Nuit Debout Ourthe-Famenne » a vu le jour en commençant par Noiseux  le 15 mai, déjà plus de 40 personnes étaient intéressées par cette action. C’est également ce jour-là, que nous avons décidés de nous rendre à la prison de Marche en Famenne, pour une « Nuit Debout » spéciale en soutien aux gardiens en grève.

Le 25 mai dernier, nous nous sommes rendus à Barvaux, à la demande de la population durbuysienne inquiète des projets de Marc Coucke dans la région. C’est ainsi que plus de 55 personnes ont décidé de s’imposer au conseil communal, faute d’informations claires reçues jusqu’ici.

Ce sujet était prévu au 27ème point de l’ordre du jour. La présence de « Nuit Debout » et autres mouvements citoyens, aurait-elle fait changer la façon de parler de ce dossier durant le conseil communal? En tout cas, la séance a commencé par ce dossier en séance publique.

D’autres citoyens du Nord Luxembourg, demandent à présent à « Nuit Debout » de venir chez eux. Sont déjà à l’ordre du jour, Les Macrâles, Melreux, Hotton, La Roche, la SNCB, et la liste s’allonge déjà. De nombreuses associations nous soutiennent et y participent.

Nous sommes heureux que des gens prennent enfin la parole, discutent des problèmes ensemble, sans chef, sans leader. Un mouvement complémentaire aux syndicats, car ce que nous vivons aujourd’hui, concerne tout le monde, tous les citoyens. Ils se rendent comptent, qu’ils doivent sortir de leur fauteuil, et au lieu de râler tout seul dans son coin, il vaut mieux  discuter ensemble, car ensemble nous serons plus fort et trouverons des solutions pour notre avenir, et surtout celui de nos enfants.

C’est de cette manière, que nous pourrons faire bouger les choses, même si nous n’avons pas tout ce que nous voulons, nous pourrons faire reculer certaines choses et décisions importantes qui nous concernent tous.