negociateurs

 

Il se dit que le gouvernement Kamikaze en formation aurait décidé de baisser de 33% à 25% les cotisations patronales : un cadeau de plus à ajouter aux avantages fiscaux déjà accordés aux patrons chaque année par la baisse des cotisations sociales.

 

 

 

Hélas, rien de cela n’a jamais abouti à la création d’emplois, aucune étude ne prouve que la création d'emplois soit liée aux avantages et réductions accordées aux entreprises, bien au contraire, il n'y a jamais eu autant de pertes d'emplois.

Ce n'est certes pas avec une coalition Suédoise des droites qu'il n'y aura plus d'attaques contre les salaires, l'index, les pensions, les services publiques (services rendus aux citoyens), les soins de santé, le chômeur (qui ne demande rien de plus que du travail), la sécurité sociale, l'allongement de carrière ....

La N-VA, en campagne, avait prôné le radicalisme : après avoir perçu des allocations pendant trois ans, un chômeur serait exclu et devrait vendre sa maison et vider ses économies avant de toucher le minimex.

Pourquoi vouloir allonger les carrières professionnelles alors qu’énormément de sans emploi cherchent en vain du travail ?

Les libéraux voulaient déjà augmenter la TVA de 21 à 22%, pénalisant davantage les personnes précarisées, car la TVA - taxe oh combien injuste ! - ne tient pas compte de ce que vous avez. Les plus riches pourront payer cette augmentation sans trop de problèmes, tandis que d'autres n'arriveront plus à payer ce dont ils ont vraiment besoin.

L'index pourrait à nouveau être manipulé, et tout le monde y perdra. Il faut arrêter de laisser croire aux gens que de cette façon, leur « salaire poche » augmentera.

On parle déjà de 17 milliards d’euros d’économies budgétaires à faire d’ici la fin de la législature, en 2019.

Qui va encore payer ces nouveaux cadeaux aux entreprises car ils devront un jour ou l'autre être compensés par une autre rentrée? Encore le citoyen qui n'a pas créé cette crise, évidemment !

La colère risque de monter, car qui sèmera la misère, récoltera la colère. 

La rentrée sociale sera chaude, nous devrons tous nous unir pour être plus fort.